- Lydie Baffreau - Happy Thérapie
17176
post-template-default,single,single-post,postid-17176,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,columns-3,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Comment fonctionnent les émotions ?

Comment fonctionnent nos émotions

Comment fonctionnent les émotions ?

Nous sommes tous confrontés à nos émotions. Lorsqu’elles sont positives elles nous rendent heureux, plein d’énergie et à l’inverse les émotions négatives ont un impact sur notre corps et notre mental allant même jusqu’à nous rendre malade. Mais comment fonctionnent vraiment nos émotions ? A t-on le pouvoir de les changer, de les améliorer pour nous transcender ?

 

Comment fonctionnent les émotions ? 

Elles agissent comme des vagues sur le support de notre conscience. Les émotions vont et viennent, montent et descendent inlassablement. Elles nous prennent souvent au dépourvu sans qu’on puisse vraiment les contrôler. Pourtant leur déroulement suis toujours le même processus. Pour commencer,  l’émotion est très rapide à peine 20 millisecondes, il aura suffit d’un stimulus, d’un déclencheur (cerveau archaïque) pour que le corps prenne le relais en entraînant des réactions physiologiques (tremblements, sueurs, rougissements, chair de poule, larmes …) et des comportements réactifs (fuite, attaque, immobilisme) (cerveau limbique) . Puis la pensée surgit et lorsque la vague émotionnelle se retire, on peut identifier l’émotion. (cortex).

 

Identifiez les déclencheurs

On peut identifier 2 sortes de déclencheurs : Des déclencheurs externes et des déclencheurs internes.
Les déclencheurs externes sont par exemple : la foule dans le métro, les grèves qui vous empêchent d’être à l’heure, prendre la parole en public, une dispute avec un de vos proches, des résultats qui ne sont pas à la hauteur de vos espérances….
Les déclencheurs internes eux sont la somme de toutes vos croyances et de vos pensées qui vont intensifier les problèmes. Par exemple : « C’est difficile de »… »je ne vais pas y arriver »… »Je ne suis pas capable »…

L’intensité de vos émotions n’est pas seulement liée au stimulus extérieur mais à la façon dont vous allez la vivre. Car globalement les circonstances sont neutres. C’est ce qui explique que pour un même événement vous n’allez pas vivre la même chose que quelqu’un d’autre.

Les réactions physiologiques

Chaque émotion est une expérience personnelle et unique. Tout commence par des modifications physiques et gestuelles qui vous sont propres, ça peut-être des sensations dans le corps, des bouffées de chaleur, une transpiration excessive, des rougeurs, un mal au ventre, une difficulté à respirer…A cela vont s’ajouter des sensations corporelles qui vous indiquent que quelque chose se passe en vous et vous alertent d’un danger potentiel. Pour d’autres personnes, ces réactions les emmèneront dans de véritables turbulences. Mais ces expériences sont bien sûr propres à chacun et leur degré d’intensité très personnelle.

 

Les comportements 

L’émotion est bien évidemment reliée à un événement et celle-ci déclenche un comportement qui a le rôle de nous préparer à l’action. Les comportements les plus courants sont  :

  • L’attaque
  • La fuite
  • la sidération

 

La pensée

Lorsque l’on vit une émotion intense le biais cognitif prend le relais. Pour faire simple, votre partie rationnelle passe à l’arrière plan de votre conscience et c’est le cerveau émotionnel dit limbique qui prend le relais. Tout passe à travers son filtre ce qui fait que la réalité est déformée. Sauf dans des cas très graves où tout le monde pense la même chose, la manière dont vous allez penser votre émotion, peut être vécue et donc penser de manière différente selon le filtre de vos croyances.

Exemple : Pour ma part, j’ai toujours eu peur des gros chiens sans laisse parce que je me suis fait mordre enfant par un énorme chien. A chaque fois que je marche en forêt  si j’aperçois un gros chien sans laisse, mon coeur commence à palpiter et à s’emballer même lorsque je ne le vois pas, je peux l’imaginer et ressentir sa présence alors même qu’il n’y a pas de gros chien sans laisse. J’ai envie de me cacher et de partir en courant. Mon mari lui n’a pas du tout peur des chiens et va me dire en riant de me relaxer et de ne pas m’inquiéter. Ce qui est vrai d’ailleurs ! Tout se passe très bien et sans morsure je vous rassure.

Vous voyez bien d’ailleurs dans mon exemple que mon émotion va plus vite que ma pensée. C’est ce qui s’appelle la distorsion cognitive. Ainsi nos croyances sur le monde et sur les choses vont orienter le mode de pensée que nous avons. Si vous croyez que les gros chiens sont dangereux, votre pensée va forcément être biaisée. La pensée entretient forcément l’émotion, en lien avec vos croyances.

C’est pourquoi aussi, lorsque vous ne déchargez pas vos émotions, elles se stockent en vous, prennent de la place, de l’ampleur encombrent vos circuits nerveux et peuvent provoquer des turbulences psychiques comme l’anxiété, le stress ou des troubles somatiques.

 

Identifier et Exprimer ses émotions

 

Savoir exprimer ses émotions, avoir conscience de ce qui s’est passé sont les 1er pas vers la libération, le lâcher prise. En les exprimant vous pourrez ainsi prendre plus de hauteur, mieux les gérer et améliorer aussi votre communication avec les autres.

 

Mes 3 conseils

Je vous propose d’être davantage attentive à ce qui se passe en vous pour vous permettre de différencier : Sensation, émotion, et pensée. Pratiquez cet entraînement plusieurs fois dans la journée.

a) Repensez à 3 émotions vécues récemment et décrivez :

  1. Quel était le déclencheur ? Etais-ce un déclencheur interne ou externe ?
  2. Quelles étaient vos réactions physiologiques ? Vos sensations ?
  3. Quel a été votre comportement ?
  4. Quelles pensées avez-vous eues ?
  5. Quelle émotion avez-vous identifiée ?

 

b) Exprimez votre météo émotionnelle :

Plusieurs fois par jour, faites le point sur les différents niveaux

  1. Ce que vous ressentez dans votre corps
  2. Ce que vous pensez
  3. Ce que vous ressentez

Puis prenez de profondes respirations avant de reprendre le cours de vos activités

 

c) Pratiquez la relaxation émotionnelle

  1. Prenez conscience de l’émotion, ressentez la, et restez en contact avec ce qui se passe
  2. Dirigez alors votre attention sur cette expérience intérieure, accueillez les sensation qui viennent et laissez faire…
  3. Mettez des mots sur votre ressenti : « je sens une boule dans la gorge », « ma poitrine se serre », « j’ai la peur au ventre », « je me sens rouge de honte »…
  4. Prenez ensuite quelques instants pour ressentir les effets de l’émotion
  5. Dirigez votre attention sur votre respiration, sentez l’air frais qui entre dans vos narines et l’air chaud qui en ressort. Puis laissez la vague de l’émotion descendre

Comment vous sentez-vous maintenant ?

 

No Comments

Post A Comment